Vous êtes iciActualités»Nouvelles du réseau ALPARC»Workshop "Take advantage of land use change for improving connectivity"

Workshop "Take advantage of land use change for improving connectivity"

dimanche, 20 avril 2014

 Suite à un large travail collectif impliquant plus de 150 chercheurs à travers les pays de l’Arc alpin l’article "The 50 most Important Questions relating to the Maintenance and Restoration of an Ecological Continuum in the European Alps " est finalement paru en janvier 2013 dans le journal scientifique à libre accès PLoS One.

Afin de garder cette dynamique de coopération sur la thématique de la connectivité écologique et d’apporter des premières réponses aux questions relevés dans cet article, une douzaine de chercheurs et praticiens se sont réunis à Innsbruck les 26 et 27 mars dernier, dans le cadre de la Plateforme « Réseau écologique » de la Convention alpine, pour un atelier de travail sur le thème "profiter des changements d’usage pour améliorer la connectivité". 

Des scénarios de changement d'usage du sol en Suisse (basés sur des changements climatiques et démographiques) et leurs effets sur les continuités écologiques ont été discutés en partageant des expériences suisses, italiennes et françaises sur le transfert de connaissance des chercheurs vers les praticiens. Tous les participants ont noté la difficulté à toucher les élus et à sensibiliser les agriculteurs qui ne voient souvent que la réduction de surface productive induite par la mise en place de haies ou de bandes enherbées. La recherche est à mobiliser pour mieux partager ses résultats par exemple sur les services rendus par ces éléments.

Des discussions ont mis en avant dans les différents pays représentés :

  • la difficulté de mobiliser les élus et les citoyens quand il ne s'agit pas de réalisations concrètes à l'échelle locale ;
  • le manque de données mobilisables pour des analyses transfrontalières ;
  • la nécessité de prendre en compte les changements d'usage du sol prévisibles et de ne pas figer un réseau écologique à l'état de l'existant ;
  • l’intérêt d'avoir des études sur le coût de la sauvegarde par rapport au coût de restauration si on dégrade un milieu notamment pour qu'il puisse continuer à assurer des services écosystémiques.